Accueil >GRENOBLE >INDUSTRIE >CATERPILLAR FRANCE SAS

CATERPILLAR FRANCE SAS

 
40 AVENUE LEON BLUM BP 55
38041 GRENOBLE 9


Tél. : 04 76 23 70 00
Fax. : 04 76 40 14 31

trademarks AT cat.com
http://www.caterpillar.com

Activité de l'établissement

CONSTRUCTION MATERIEL DE TERRASSEMENT ET TRAVAUX PUBLICS
 
Code NAF : 2892Z - FABRICATION DE MACHINES POUR L'EXTRACTION OU LA CONSTRUCTION
Catégorie : INDUSTRIE

Fiche d'identité de l'établissement

Siret : 06150024500016
Date de début d'activité : 27/01/1961
Statut : COMPLEMENTAIRE
Forme juridique : SOCIETE PAR ACTION SIMPLIFIEE (SAS)

Chiffres clés de l'établissement

Effectif au 31/12/2012 : 1919

Dirigeant(s) de l'établissement

Dirigeant : Eric LEPINE
Fonction : PRESIDENT

Les entreprises du(es) dirigeant(s)


Adhérent

Aucune information n'est disponible.

Visiter l'observatoire économique

Les articles de Présences sur "CATERPILLAR FRANCE SAS" :

  • 13 avril 2015 - Industrie
    Ils pensaient effectuer une simple visite de l’usine Caterpillar. Ils se sont retrouvés au centre de formation de Caterpillar France avec vêtements et protections d’opérateur pour une journée passée sur une vraie chaîne d’assemblage. 23 étudiants du parcours Ulysse qui suivent à GEM une pédagogie innovante avec mises en situations ont ainsi pu saisir la réalité d’une équipe de production et des méthodes de management, et prendre conscience de leur futur rôle de manager. “Nous avons mis en place un scénario en trois étapes orienté sur l’organisation du travail, défini avec les formateurs de Caterpillar, l’équipe pédagogique de GEM et la société de conseils Global Kiwi”, commente Muriel Mantileri, responsable du centre de formation de Caterpillar.Une expérimentation concrète Ce programme s’est appuyé sur la plate-forme de simulation d’environnement de travail (SWE) créée par Caterpillar pour développer la culture du lean management auprès de ses collaborateurs. Utilisée également par d’autres entreprises de la région, elle était connue par les formateurs de Global Kiwi. “Son concept unique démontrant l’interaction entre équipes pour mettre en évidence des styles de leadership est devenu un modèle pour ceux qui s’engagent dans le lean.” L’expérience réalisée avec ces étudiants pourrait donner au centre de formation de Caterpillar l’opportunité d’élargir son catalogue technique au domaine du management. A. ZylberbergInfos clés• Centre de formation technique de Caterpillar France, créé en 2011• Grenoble• 15 collaborateurs dont 10 formateurs• Plate-forme SWE : 241 sessions pour 3 897 personnes depuis 2007, 10 037 heures de formation dispensées à 1 540 personnes en 2014, dont 20 % en externe
  • 06 mars 2014
    Archive
     Le centre de formation de Caterpillar France, installé sur 3 500 m2 à Technisud, est un modèle du genre. “Il nous permet d’abord de répondre à nos propres besoins de formation sur les métiers en pénurie”, explique Muriel Mantileri, sa responsable. Les formations initiales de monteur-assembleur accueillent une cinquantaine de personnes par an. Principalement en reconversion ou récemment embauchées, elles ont pu obtenir une qualification interne. Dans le cadre du programme Sissa, mis en place en 2001 avec l’AFPI, 96 autres ont obtenu une qualification pour devenir soudeurs. “Cela a servi à l’ensemble de la métallurgie grenobloise beaucoup ayant ont ensuite été dirigées vers d’autres entreprises”, remarque Muriel Mantileri. Le centre est aussi ouvert aux alternants (une dizaine sur les 60 accueillis par Caterpillar France) et aux demandeurs d’emploi. Pour ces derniers, a été créé en 2013 le programme Découverte des métiers de l’industrie où, sur cinq jours, certains ont pu découvrir que la métallurgie, “c’est propre, contrairement à certains préjugés”, et s’orienter vers une formation.
  • 04 mai 2012
    Archive
    ?Dans une démarche active en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap imaginée dès 2007, Caterpillar France a souhaité informer et sensibiliser les collaborateurs sur cette thématique, notamment à travers des opérations événementielles récurrentes. Depuis deux ans, l’agence Adncom s’est vu confier la définition des supports de communication pour cette campagne : “Il s’agissait de toucher les différentes populations de salariés, à travers des messages simples et directs, imaginés et validés avec les personnes concernées”, explique Vincent Tambuzzo, chargé de mission Handicap. Le choix s’est porté sur un mode volontiers décalé et humoristique, dans l’esprit BD, afin de dédramatiser le handicap sans le stigmatiser. Caterpillar a également innové à la cantine avec la distribution pendant une semaine des sets de table aux couleurs de l’événement, chaque jour avec un message différent. D’ici la fin mai, une nouvelle campagne sera lancée, avec une série d’affiches illustrant les bons comportements à adopter, installées dans les lieux sociaux de l’entreprise. Des miniquiz et des livrets seront offerts à chaque salarié, à la fois pour amplifier le buzz et parfaire ses connaissances sur le sujet.R. Gonzalez
  • 05 avril 2012 - Actualités
    Archive
    ?Destiné à dispenser des formations qualifiantes et reconnues par la métallurgie, mais également à participer au développement des métiers en pénurie, le centre de formation de Caterpillar France est installé dans un bâtiment de 3 500 m2 à Technisud, à mi-chemin entre ses usines de Grenoble et Échirolles. “Nous souhaitons pérenniser nos sites en étant plus compétitifs par rapport à d’autres pays, en investissant dans les bonnes technologies avec une bonne qualité de main-d’œuvre. Mais comme l’employabilité n’est pas suffisante dans le bassin grenoblois, nous n’avons pas d’autre alternative que de former des soudeurs et des monteurs en partenariat avec l’Udimec et l’AFPI”, commente Éric Lepine, président de Caterpillar France. Soudage, montage, simulation de l’environnement de travail, manutention et secourisme, telles sont les formations déployées dans ce centre depuis mai 2011 par une équipe de 21 personnes. L’entreprise, de 2 300 collaborateurs aujourd’hui, consacre 6,12 % de sa masse salariale à la formation. Elle envisage d’ouvrir cet outil à d’autres industriels de la région.A. Zylberberg
  • 21 juin 2011 - People
    Archive
    ?À Grenoble, il ne se passe pas de trimestre sans qu’Éric Lepine ne rencontre les partenaires sociaux. Entré chez Caterpillar en 1987, cet ingénieur de nationalité belge a commencé sa carrière sur le site de Gosselies, en Belgique. Il a ensuite assumé la responsabilité de plusieurs sites, en Hongrie, aux Pays-Bas, en Afrique du Sud, en Angleterre, aux États-Unis. Sa carrière l’a notamment conduit à assumer la fonction de directeur des ressources humaines d’un site industriel de 4 000 à 5 000 personnes. La mission qu’il s’est fixée est claire : “Nous ne voulons plus jamais de plan social. Mon job est de faire prospérer l’usine.” Une vision qu’il a largement partagée le 28 mai, lors de la journée festive des 50 ans du site de Grenoble organisée à l’attention des personnels.
  • 01 juin 2011 - People
    Archive
    Caterpillar France a 50 ans et l’avenir devant !” En diffusant largement ce message, Éric Lepine souhaite confirmer l’ancrage du groupe américain à Grenoble et faire oublier les traces du plan social de 2009. Une volonté d’autant plus affirmée qu’après 6 millions d’euros d’investissements injectés dans une machine d’usinage en 2010 Caterpillar France engage 50 millions de dollars sur trois ans dans la modernisation complète des lignes de production à Échirolles.
  • 01 février 2008 - Actualités
    Archive
    Après presque deux années passées à la présidence de Caterpillar France SAS,Thomas Bluth est nommé vice-président de Asia Pacific Operations àPékin. Il est remplacé par Nicolas Polutnik, qui occupait depuis deuxans le poste de directeur des achats à Mossville aux États-Unis tout enassumant la responsabilité des achats de trois autres sites américainsdu groupe, Aurora, East Peoria et Decatur. Âgé de 46 ans, marié et pèrede deux enfants, Nicolas Polutnik a exercé de nombreusesresponsabilités au sein de Caterpillar, notamment en logistique,qualité, achats, production et ressources humaines, aussi bien enBelgique qu’en France et aux États-Unis. Implantée à Grenoble depuis 46ans, Caterpillar France SAS est la filiale française de CaterpillarInc., premier constructeur mondial d’engins de terrassement et detravaux publics. Elle emploie aujourd’hui 3 000 personnes pourfabriquer des tracteurs, des chargeuses et des pelles hydrauliques surchaînes, des pelles hydrauliques sur pneus, des trains de roulement etdes composants, destinés à 90 % à l’exportation.    
  • 01 septembre 2007 - Actualités
    Archive
    Dix-huitmois après le transfert de la fabrication des pelles hydrauliques surpneus sur le site de Caterpillar France à Grenoble, la “chenille”célèbre en grande pompe sa 3 000e pelle. Les ateliers du site d’Échirolles produisent cinq modèles de pelleshydrauliques. “Il était plus avantageux pour Caterpillar de fairefabriquer les pelles sur pneus en France, car l’essentiel du marché setrouve en Europe”, a commenté Tom Bluth, son président. Implanté àGrenoble depuis 1961 et à Échirolles depuis 1963, le groupe américainemploie près de 3 000 personnes réparties sur les deux sites deproduction.
  • 01 mars 2007
    Archive
    “CaterpillarFrance est le second site de production en Europe après la Belgique”,précise le PDG, Tom Bluth, arrivé à Grenoble il y a un an. C’est aussile seul en Europe pour la plupart des machines et le seul au monde pourles pelles sur pneus, un marché obtenu en septembre 2005.“ Il étaitplus avantageux pour Caterpillar de faire fabriquer les pelles surpneus en France car l’essentiel du marché se trouve en Europe. Noussommes donc situés à proximité de nos clients, un atout important. Maisla première force de Caterpillar France, ce sont ses hommes. Nousbénéficions d’une main-d’œuvre de très bonne qualité. Par ailleurs, ilexiste de bonnes opportunités pour trouver les compétences nécessairesgrâce à la présence des universités et laboratoires de recherche. Nosproduits peuvent sembler basiques, ils intègrent pourtant beaucoupd’électronique et d’informatique embarquées. Nous avons donc besoin desindustries et du système éducatif grenoblois. Nous voulons d’ailleursdévelopper la recherche en interne et conclure des partenariats avecdes laboratoires. À l’avenir, nous pourrons même être amenés à établircertaines connexions avec un pôle comme Minalogic.” Depuis sonimplantation en 1961, la ville s’est bien développée. Aujourd’hui, lesite de production se trouve donc en pleine agglomération. “Nous devonsnous adapter à de nouvelles contraintes”, souligne Tom Bluth. D’autantque le nouveau PDG compte bien accroître encore les capacités deproduction, établies aujourd’hui à 8 000 produits par an. Autre défilancé par Tom Bluth : “Que Cat France soit la référence du groupe enterme de qualité.”  Photo F. Ardito
  • 01 avril 2006 - Management
    Archive
    Depuis plusieursannées, Caterpillar France mène des projets de formation et derecrutement en faveur des populations en difficulté.“Nous voulons par nos actions affirmer notre engagement citoyen,déclare Laurent Potignon, superviseur formation et recrutement au seinde Caterpillar France.Nous réalisons depuis quelques années déjà des opérations pour donnerleur chance à des personnes éloignées du marché du travail. Maisattention, à elles de faire la démarche.” De plus en plus souvent, lesrecrutements sont effectués à partir de candidatures spontanées. “Ilnous faut des candidats motivés ! Au-delà des compétences, il devientsouvent difficile de trouver des personnes disposant d’un réelsavoir-être.” Pour l’opération Femmes caristes, sur 15 candidateschômeuses de longue durée, six ont été retenues et formées pour uncontrat de trois mois. Aujourd’hui, deux d’entre elles ont vu leurcontrat prolongé jusqu’en août. “Nous avons la conviction que lesfemmes ont leur place dans une entreprise comme la nôtre, affirmeLaurent Potignon. Nous avons, par ailleurs, recruté deux femmes auposte de soudeur, un métier très éprouvant. De façon générale,l’important est de ramener ces personnes sur le marché de l’emploi.Lors de nos différents programmes, certaines ont réalisé qu’ellesn’étaient pas faites pour ce métier. Mais ce n’est pas du temps perdu.Grâce à cette formation, elles ont repris confiance en elles. De notrecôté, nous réfléchissons à l’élaboration d’un carnet de route pour unemeilleure intégration. Le principal problème tient à la structure dumarché du travail. Il faut décloisonner toutes ces associations deretour à l’emploi basées sur des contraintes administratives lourdes.Nous devons travailler avec un même objectif, la gestion descompétences. Si nous ne disposons pas des compétences nécessaires,alors passons par une formation qualifiante.” Répondre à la pénurie de main-d’œuvreParmi les autresprojets en cours : le programme Cared (contrat d’aide au retour àl’emploi durable), financé par la Région, avec l’aide du Greta, dessociétés de travail temporaire et de l’Udimec. Cette premièreexpérience pour Caterpillar a permis à 11 chômeurs de longue durée dese former au métier de monteur-assembleur au sein du lycée Guynemer.Aujourd’hui, huit d’entre eux ont été embauchés. Autre métier quiconnaît une réelle pénurie de main-d’œuvre : les peintres industriels.“Nous nous sommes entendus avec l’un de nos sous-traitants, CMI, àSaint-Égrève, lui aussi à la recherche de peintres industriels, pourmonter un contrat de professionnalisation. Cette formation, dispenséepar le lycée Guynemer et le Greta et financée par Adecco, a abouti àl’intégration de trois personnes au sein du groupe grenoblois.” Avecune activité soutenue au premier semestre 2006, Caterpillar prévoitencore des recrutements et la poursuite de ses projets de formation.F. Combier“Lesfemmes se débrouillent très bien à des postes a priori plutôtmasculins”, reconnaît Laurent Potignon, superviseur formation etrecrutement chez Caterpillar France. (Photo P. Borasci)    
  • 01 avril 2006 - Actualités
    Archive
    Directeur produits au niveau mondial des chargeuses sur pneus de taille moyenne chez Caterpillar,Tom Bluth devient, à 38 ans, président de la filiale française du géantaméricain. Il remplace Jean-Paul Faure, qui prend la direction deCaterpillar Belgique. L’Américain a déjà derrière lui une longuecarrière au sein du groupe, à la direction du marketing pour l’Amériquedu Nord puis du Sud, aux ressources humaines, aux finances et auservice juridique.    ]
  • 01 mai 2005 - Industrie
    Archive
    Le site grenoblois de Caterpillar s’est vu décerner un trophée d’argent par Caterpillar Inc. pour son projet de gestion de l’optimisation de ses tours de refroidissement. Résultats en 2004 : une réduction significative du niveau de légionnelles présentes dans les tours et une diminution de la consommation d’eau. Le projet Six Sigma a ainsi permis une économie de plus de 95 K€.F. Combier