Accueil >MEYLAN >INDUSTRIE >SCHNEIDER ELECTRIC INDUSTRIES

SCHNEIDER ELECTRIC INDUSTRIES

 
2 CHEMIN DES SOURCES INOVALLEE - CENTRE PAUL-LOUIS MERLIN
38240 MEYLAN


Tél. : 04 76 57 60 60
Fax. : 04 76 60 59 20


http://www.schneider-electric.fr

Activité de l'établissement

FABRICATION DE MATERIEL DE DISTRIBUTION ET DE COMMANDE ELECTRIQUE POUR BASSE TENSION
 
Code NAF : 2712Z - FABRICATION DE MATÉRIEL DE DISTRIBUTION ET DE COMMANDE ÉLECTRIQUE
Catégorie : INDUSTRIE

Fiche d'identité de l'établissement

Enseigne : SCHNEIDER ELECTRIC PLM
Siret : 95450343901099
Date de début d'activité : 03/05/1994
Statut : SECONDAIRE
Forme juridique : SOCIETE PAR ACTION SIMPLIFIEE (SAS)

Chiffres clés de l'établissement

Effectif au 14/10/2010 : 390

Dirigeant(s) de l'établissement

Dirigeant : Alain BORTOLIN
Fonction : DIRECTEUR REGIONAL

Les entreprises du(es) dirigeant(s)


Adhérent

Aucune information n'est disponible.

Visiter l'observatoire économique

Les articles de Présences sur "SCHNEIDER ELECTRIC INDUSTRIES" :

  • 12 décembre 2012 - Aménagement
    Archive
    ?“Il s’agit du premier contrat de performance énergétique (CPE) conclu sous la forme d’un marché public de performance énergétique (MPPE) au niveau national”, assure Gilles Herry, directeur du projet Efficacité énergétique au sein de Schneider Electric. D’une durée de huit ans, ce contrat prévoit de réduire d’au moins 14 % la consommation globale d’énergie de la commune dès la quatrième année. Il s’accompagne d’un bouquet d’interventions sur les huit bâtiments communaux désignés comme les plus énergivores à l’issue d’un audit patrimonial précédemment réalisé par la Ville. Au menu : remplacement de chaudières au fuel par des systèmes à condensation à haut rendement, pose de menuiseries isolantes, requalifications architecturales, gestion technique centralisée du chauffage, etc.Optimisation et sensibilisationCes travaux, qui s’étaleront jusqu’à la fin 2015, seront suivis par des prestations d’optimisation et de maintenance des équipements. Coût de l’enveloppe globale du contrat : 1,6 million d’euros. Représentant du groupement de PME-PMI locales œuvrant sur ces chantiers, Schneider Electric s’est associée pour l’occasion à Eolya, responsable de l’exploitation et de la maintenance. De son côté, la Ville de Domène a exigé que deux agents communaux précédemment formés à ces techniques assurent ces missions avec Eolya. Des journées de sensibilisation, après chaque tranche de travaux, seront en outre dispensées aux élus, techniciens et utilisateurs. À noter que si les 14 % d’économies ne sont pas atteints, Schneider Electric sera pénalisée ; un intéressement lui sera reversé si les résultats dépassent le seuil fixé. R. Gonzalez
  • 02 avril 2012 - Actualités
    Archive
    ?Démarrée mi-2010, la diversification de Schneider Electric dans la conception et la construction de recharges pour les véhicules électriques prend cette année une importance majeure, grâce à un contexte jugé porteur. “Il y a d’abord une prise de conscience mondiale des énergies décarbonnées, et ensuite un pic pétrolier que nous avons dépassé. De plus, en France, nous avons un mix énergétique favorable”, justifie Vincent Brunel, directeur de l’activité véhicules électriques de Schneider Electric. Une équipe de 80 personnes s’active aujourd’hui à Grenoble, répartie entre la R & D, le développement de l’offre, le marketing et les vendeurs, pour le marché mondial des bornes et câbles de recharge. Parmi les tout premiers constructeurs engagés dans l’électrique, Renault-Nissan a fait appel à la technologie déployée par Schneider Electric pour lancer ses premiers véhicules Z.E. (zéro émission), en ciblant d’abord les flottes d’entreprises et de collectivités. La firme au losange proposera à partir d’octobre prochain le modèle Zoé à destination des particuliers. Schneider Electric estime à 400 000 le nombre de véhicules électriques (incluant les hybrides rechargeables) en circulation en 2015 en France.R. Gonzalez
  • 08 décembre 2011 - Actualités
    Archive
    ?Ce démonstrateur grandeur nature intégrera toute la chaîne de valeur de l’énergie, depuis la production à la consommation en passant par la distribution de l’électricité. Un panel de 1 000 foyers et 40 sites tertiaires, issus notamment des écoquartiers de la Presqu’île et de Bonne, testera à partir du 1er janvier prochain les différentes composantes d’un système électrique intelligent : compteurs communicants Linky, outils de maîtrise de la consommation, intégration des énergies renouvelables intermittentes, automatisation renforcée des réseaux de distribution et même véhicules électriques. Objectif : disposer en 2015 d’un modèle complet de gestion de l’énergie, capable de répondre aux enjeux à la fois technologiques, économiques et environnementaux. Intégré au premier Programme d’investissements d’avenir initié par le gouvernement en juin dernier, GreenLys fait suite à l’appel à manifestation d’intérêt lancé par l’Ademe en 2009. D’un coût global de près de 40 millions d’euros, il est porté par cinq partenaires majeurs : Schneider Electric, Gaz Électricité de Grenoble, ERDF, GDF-Suez et Grenoble-INP. R. Gonzalez
  • 17 juin 2011 - Actualités
    Archive
      BD, Pierre LarroumesPierre Larroumes est nommé directeur des sites BD du Pont-de-Claix et de Rungis. Ses nouvelles responsabilités couvrent une mission de veille et d’amélioration dans les domaines de l’hygiène, la sécurité, la sûreté et les conditions de travail pour toutes les implantations de BD en France.Schneider Electric, Nicolas LeterrierL’ancien délégué général de Minalogic vient de rejoindre la division stratégie et innovation de Schneider Electric en tant que directeur de l’innovation. Chargé des équipes innovation en France, il aura pour mission d’anticiper les besoins technologiques et les usages des lignes de produits du groupe.Orange, Olivier FaureNouveau directeur de France Télécom Orange pour les régions Auvergne et Rhône-Alpes (hors Drôme et Ardèche), Olivier Faure est responsable de la performance économique et commerciale, en particulier de la qualité du service aux clients. Il a également pour mission de mettre en œuvre le contrat social de l’entreprise sur ces deux régions qui comptent 10 000 collaborateurs.PFI, Alain PougetAlain Pouget est le nouveau directeur adjoint des Pompes funèbres intercommunales de la région grenobloise (65 salariés). Il se prépare à succéder courant 2011 à Corinne Loiodice, directrice générale, et présidente de l’Union du pôle funéraire public.            
  • 17 juin 2011 - Tourisme
    Archive
      La Fondation Schneider Electric est devenue membre fondateur du club des mécènes du musée de Grenoble. Deux concrétisations immédiates : proposer des parcours familles aux collaborateurs du groupe et des visites offertes aux jeunes dans le cadre de l’opération d’insertion 100 chances 100 emplois.            
  • 02 mai 2011 - Actualités
    Archive
    Soitec, leader mondial des matériaux innovants pour l’électronique et l’énergie, a signé le 1er avril un accord de collaboration technologique portant sur les fermes solaires à haut rendement, avec le groupe Schneider Electric, spécialiste mondial de l’énergie. Ils lancent ainsi une filière solaire française innovante dans les technologies de production d’énergie solaire photovoltaïque à haute concentration (CPV). “Notre expertise internationale dans les systèmes intelligents de gestion d’énergie pour les centrales solaires, combinées aux systèmes CPV innovants de Soitec, permettra de répondre aux besoins croissants d’énergie des pays à fort ensoleillement d’une manière efficace et durable”, confie Laurent Bataille, directeur Énergies renouvelables de Schneider Electric. Les partenaires envisagent de créer en France une ferme solaire démontrant la pertinence de leur approche collaborative, puis d’établir des coopérations technologiques avec les pays à fort ensoleillement et se positionner sur les marchés du pourtour méditerranéen, notamment dans le cadre du plan Solaire méditerranéen.A. Zylberberg
  • 01 avril 2011 - High Tech Innovation
    Archive
    La mise au point du tableau de bord communicant, capable de mesurer et réguler la consommation de différents équipements dans un bâtiment, a mobilisé 11 partenaires pendant quatre ans. Le projet Smart Electricity conduit par Minalogic était piloté par Schneider Electric. “L’enjeu était de répondre aux recommandations européennes sur les économies d’énergie résidentielle, déjà identifiées comme un axe important de réduction de la consommation énergétique globale”, commente Christian Ferveur, porteur du projet Smart Electricity. Le tableau intelligent mesure précisément la consommation électrique et le coût journalier moyen. Son objectif : aider à réduire sa facture et inciter à utiliser l’énergie la moins chère et la moins polluante.Évaluation à distanceUne phase d’expérimentation a été menée pendant deux ans dans sept foyers grenoblois, en partenariat avec GEG, afin de confronter le tableau aux usages quotidiens des habitants et d’éprouver sa technologie et sa facilité d’usage. Le produit intègre des briques technologiques développées par chacun des partenaires comme des capteurs de mesure miniaturisés, un système RFID, le déploiement d’une infrastructure pour piloter les appareils à distance. “Désormais, chaque partenaire va tirer parti des compétences acquises pour son métier initial, Schneider Electric utilisant ces résultats techniques pour lancer dans l’année une offre destinée au domaine résidentiel.”A. Zylberberg
  • 01 avril 2005 - Aménagement
    Archive
    Bâtiment intelligent, le nouveau centre de recherche et développement, construit par Schneider Electric à Eybens, représentera la vitrine du savoir-faire de l’entreprise.Derrière les murs de béton préfabriqué poli et de verre agrafé se déploieront toutes les technologies de pointe dans la protection des puissances et le contrôle industriel. Ce bâtiment tertiaire de 33 500 m2, implanté dans la ZI des Ruires sur un terrain de plus de 8 ha, accueillera près d’un millier de personnes, dont 600 issues de la région grenobloise et plus de 300 d’autres sites Schneider ou Télémécanique (Rueil-Malmaison, Chalon, Dijon, Angoulême). Ce vaste centre est dédié au développement et à la conception de produits électrotechniques basse et moyenne tension (contacteurs, disjoncteurs…). Il comptera en particulier 7 000 m2 de bancs de développement. Cette dernière plate-forme a largement pesé dans le choix du site eybinois.Schneider Electric désirait regrouper à Grenoble – son principal bassin R&D – les activités de développement françaises basées sur la protection électrique et le contrôle. “Nous avons procédé à une recherche exhaustive de terrains sur l’ensemble de la cuvette grenobloise”, explique Max Laffont, directeur de l’immobilier du groupe. La nécessité d’acheminer depuis Champagnier une ligne électrique de 63 kV a fait pencher la décision vers les Ruires, écartant la reconversion du site de Meylan ou une implantation à Centr’Alp. “Nos laboratoires disposent d’équipements très lourds, et des produits comme les disjoncteurs y sont testés en permanence. D’où la nécessité de disposer d’un équipement capable d’absorber de très fortes puissances”, poursuit le directeur. “Notre premier challenge est le respect des délais”, affirme Max Laffont, directeur de l'immobilier du goupe. (Photo D. Morel)Lien entre architecture et managementSchneider Electric entend innover à tous les niveaux, d’un point de vue architectural comme managérial. Ce bâtiment sur deux niveaux s’articulera de part et d’autre d’une rue centrale couverte de 1 500 m2, à la fois show room car le lieu accueillera des visiteurs internationaux, et espace d’animation à la disposition du personnel. Les bureaux seront organisés en “plateau projet”, favorisant la communication entre les collaborateurs. “Les méthodes de management à développer privilégieront le partage des compétences, des expériences, et la polyvalence”, précise Max Laffont.Le montant de l’investissement pour le seul bâtiment s’élève à 45 M€, sans compter les équipements. La réalisation a été confiée à l’entreprise toulousaine GAE, et la maîtrise d’ouvrage est assurée par la foncière tertiaire Schneider. “Notre premier challenge est le respect des délais”, affirme le directeur. Lancé en août 2004, le chantier devra s’achever en septembre 2005 avec l’arrivée des salariés non grenoblois. Le projet sera opérationnel dès la fin 2005. À terme, Schneider Electric désire réorganiser ses activités grenobloises autour de trois pôles : Eybens, ANord (Polygone et Europole) et Meylan. I. Doucet-Sardin