Témoignages - Les organisations interprofessionnelles


 
 

Medef Isère :

Emmanuel Bréziat, délégué général du Medef Isère

Bilan 2016 : la situation économique est très variable selon les secteurs.

2016 a été une bonne année dans l’immobilier, avec des volumes de transactions très corrects. Cette dynamique commence à se communiquer au secteur du bâtiment qui connait une légère reprise. Cependant, celle‐ci est moins forte en Isère qu’en Rhône‐Alpes et moins forte en Rhône‐Alpes qu’au niveau national (2 % de croissance en France). La situation reste tendue dans les travaux publics, malgré un rebond en fin d’année, grâce notamment au plan de relance du Département. Le commerce indépendant continue à souffrir en région grenobloise et également dans les secteurs ruraux. C’est aussi le cas de l’hôtellerie qui reste sur des taux d’occupation trop faibles.

Dans les services, la situation continue à s’améliorer. Les besoins en matière de services à la personne sont en hausse constante et les services informatiques connaissent une forte augmentation de leurs commandes. A noter que dans ces secteurs, comme dans d’autres, beaucoup de nos entreprises rencontrent des difficultés de recrutement croissantes et ce, quel que soit le niveau de qualification. Cette situation (avec les taux de chômage que nous connaissons…) illustre les dysfonctionnements de notre marché du travail et de notre système éducatif.

Dans l’industrie la situation s’améliore en termes de volumes et de marges. La baisse des cours du pétrole a bénéficié en particulier aux industries chimiques. Les industriels tournés vers l’export bénéficient d’un bon niveau d’activité et ce sont eux qui investissent le plus. Cependant, globalement, l’investissement de capacité peine à repartir. L’attentisme domine, notamment par manque de stabilité règlementaire, fiscale et de visibilité économique.

Enfin, il faut noter le foisonnement remarquable de projets et de start‐up autour de la révolution digitale. Notre département a tous les atouts pour être au coeur de ces mutations et voir émerger les champions de demain.

Perspectives 2017 : 2017 sera marquée par l’élection Présidentielle. Nous espérons que les questions économiques seront au coeur des débats. Il n’y pas de pays fort et respecté sans une économie forte. Il n’y a pas d’économie forte sans un environnement favorable à nos entreprises, à nos talents et à nos énergies. Nous n’en manquons pas, donnons leur simplement la possibilité de s’exprimer pleinement. Pour ce faire, nous devons engager quatre chantiers principaux :
  • Baisser les dépenses publiques pour redonner de l’oxygène à notre économie et revenir à des niveaux de prélèvements acceptables.
  • Réformer le Code du travail pour "tuer" la peur de l’embauche.
  • Simplifier des règlementations ubuesques qui coutent, qui freinent, voire paralysent chaque projet (pour l’Isère, l’arrêt, à ce stade, du dossier Center‐Parc est une triste et scandaleuse illustration de ce gâchis économique et humain….).
  • Réformer notre système éducatif pour ne plus laisser au bord du chemin des centaines de milliers de nos jeunes.
  • En cette année particulière, souhaitons que le pragmatisme, le bon sens, le courage et le sens de l’intérêt général l’emportent sur toutesautres considérations.

"Une situation contrastée qui appelle de véritables réformes"  

 

CGPME Isère

 

Bilan 2016 : rédiger un bilan de conjoncture pour une année écoulée et écrire des perspectives pour l’année qui suit est toujours un exercice difficile car il suppose de parler d’une façon générale et ne permet pas de s’arrêter sur la situation spécifique de tel ou tel secteur d’activité.

L’industrie en Isère a connu, en 2016, un volume d’activité soutenu malgré un démarrage lent en début d’année. Le rattrapage s’est fait, semble‐t‐il, à compter du mois de mai et aucune baisse d’activité n’a été ressentie à la rentrée 2016. Le secteur industriel affiche de bonnes perspectives pour 2017 et l’activité dans le domaine de la construction de machines spéciales, pour les gros donneurs d’ordres de l’agglomération, s’annonce soutenue.

Le commerce de l’agglomération grenobloise est plus inquiet et affiche dans certains secteurs, notamment celui de l’habillement, des chiffres négatifs.

Les raisons sont diverses. Certains ont été touchés par un changement des habitudes de consommatiion avec la progression des achats sur internet, mais également par une baisse de fréquentation du centre‐ville liée à la recrudescence des pics de pollution.

Dans les services, exception faite des services à la personne, l’année 2016 a été stable mais la rentrée de septembre a été difficile. Pour autant, de bonnes perspectives sont affichées pour 2017.

2016 a été une année difficile pour l’intérim et pour l’emploi. Les offres d’emploi existent malgré tout, mais les compétences font malheureusement souvent défaut ou s’avèrent bien insuffisantes.

Perspectives 2017 :
2017 sera une année d’élections, présidentielles et législatives, et l’on remarque quelquefois à cette occasion une baisse d’activité liée à une forme d’attentisme.

Quoi qu’il en soit, et malgré un contexte globalement atone, nos PME et TPE connaissent leurs atouts et feront preuve, c’est certain, de volontarisme pour développer leurs activités.

Cependant, le coût du travail et la lourdeur du Code du travail constituent encore et toujours des handicaps majeurs pour nos entreprises et c’est dans ce contexte que la CGPME vient de déposer une requête auprès du Conseil d’État sur le compte pénibilité, afin de demander la suppression de ses décrets d’application en raison de leur trop grande complexité.
 

Contact

Observatoire économique
observatoire.eco@grenoble.cci.fr

Téléchargements


Zoom

Actualités