Perspectives fin 2019


 

"Scénario d’une croissance modeste
sous couvert de tensions géopolitiques et commerciales"

Tour du monde des prévisions...

Les perspectives économiques tablent sur la modération de l’activité mondiale pour fin 2019 et 2020. Selon les dernières prévisions du FMI de juillet 2019, la croissance devrait s’établir autour de 3,2 % en 2019 et 3,5 % en 2020. Au cours du semestre, le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine s’est intensifié et les incertitudes liées à un "Brexit sans accord" se prolongent.

Ces risques sapent la confiance, pèsent sur les investissements et perturbent le commerce mondial ainsi que les chaînes d’approvisionnement en technologies. Le FMI souligne également
le changement climatique et les tensions migratoires comme facteurs de risques géopolitiques possibles. Les banques centrales ont pris acte du ralentissement mondial et ont mis en place des
politiques monétaires accommodantes.

Dans ce contexte international, les projections pour la Zone Euro et la France sont prudentes avec une croissance attendue du PIB de 1,3 % pour 2019. Parmi les sujets de préoccupation, on note les difficultés de recrutement qui sont un frein au développement des entreprises et les reformes structurelles à mener (réduction de la dette, réforme des retraites), sources de tensions sociales.



 
"Une fin d’année positive mais en ralentissement"

… et proche de notre territoire


En Auvergne-Rhône-Alpes comme en région grenobloise, 42 % des chefs d’entreprises interrogés se prononcent pour une stabilité de leur activité. 30 % d’entre eux visent une progression de leur activité et misent sur le marché intérieur pour se développer. 23 % s’attendent à une détérioration de leurs chiffres d’affaires d’ici la fin de l’année. Bien que moins favorables qu’en 2018, ces perspectives reflètent une certaine confiance des dirigeants pour la fin de l’année. Le secteur du BTP confirme une activité soutenue, tandis que les prévisions dans l’industrie sont plus mesurées (dégradation dans l’automobile notamment, modération des investissements et ralentissement à l’international).

Pour leur part, les services aux entreprises restent bien orientés, excepté dans l’intérim qui souffre d’une pénurie de candidats. Dans le commerce, les dirigeants sont plus attentistes, l’activité étant soumise à la consommation des ménages et à leur confiance en l’avenir.


 
 

Contact

Observatoire économique
observatoire.eco@grenoble.cci.fr

Téléchargements


Zoom

actualites