Perspectives 2020


 

"Vers une croissance molle en 2020 qui nécessite
de resserrer la coopération multilatérale"

Tour du monde des prévisions...

Après une estimation de la croissance du PIB mondial à 2,9 % pour 2019, les prévisions pour 2020, revues à la baisse, tablent autour de 3 % pour 2020-2021. Ces perspectives sont les plus basses depuis la crise financière. Le FMI avance plusieurs raisons à cette croissance « poussive » : le déclin du rôle moteur de la Chine dans la croissance mondiale et les résultats insuffisants de certains pays émergents (Inde notamment). De plus, deux défis majeurs fragilisent les économies mondiales : les changements climatiques et les investissements nécessaires pour mener la transition énergétique, et la transformation numérique, qui induit de profondes mutations.
Toutefois, certains facteurs de risque se réduisent : l’accord commercial sino-américain et l’éloignement d’un « Brexit sans accord » en Zone Euro en font partie.

En France, les préoccupations vont des élections municipales 2020 à la réforme des retraites, sources d’incertitude. Les ménages et les professionnels craignent une dégradation de leur avenir financier et les mouvements de grève pèsent sur la confiance en l’avenir.



 
"Une dynamique positive mais fragile en ce début d’année"

… et proche de notre territoire


En Auvergne-Rhône-Alpes, selon la Banque de France, l’activité industrielle s’est stabilisée après s’être contractée au 4e trimestre.
La demande domestique comme internationale n’est pas au rendez-vous. Dans ce contexte, les carnets de commandes manquent de consistance et le taux d’utilisation des capacités de production demeure sous sa moyenne de long terme.
Dans les services marchands en revanche, l’activité reste bien orientée pour les mois à venir.

En région Grenobloise,
et malgré le contexte de mouvement social au plan national, l’activité
économique résiste en ce début 2020. Les dirigeants interrogés restent confiants mais prudents avec 61 % d’opinions en faveur du maintien de l’activité et 22 % pour une progression de leur activité. La tendance à la baisse concerne 10 % des chefs d’entreprise. Parmi les secteurs en souffrance, le secteur de l’automobile et ses sous-traitants expriment leurs inquiétudes quant à l’avenir.


 
 

Contact

Observatoire économique
observatoire.eco@grenoble.cci.fr

Téléchargements


Zoom

actualites